Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 17:35

C’est la vieille histoire d’un abbé

Qui ne s’avait se décider ;

Il est mort il y a bien longtemps

Cela fait deux cents cinquante ans.

Il hésitait entre l’armée

Ou bien devenir un curé.

Il entra dans des monastères,

Mais ce n’était pas son affaire !

Il les quitta plusieurs fois,

Il n’avait pas vraiment la foi .

Il rêvait de femmes et d’amour

C’était ses pensées tous les jours;

Les gentes dames qu’il rencontrait

Pour lui , c’était la vie ,la vraie ;

Moine c’était la pauvreté ,

La soumission , la chasteté,

Il ne pouvait plus endurer ;

Alors il se mit à chasser

Dames légères et très frivoles

Mais qui aimaient fort les pistoles.

L’une d’entre elles était Manon

Manon Lescaut était son nom.

Il en fit un roman d’amour,

Il pensait l’aimer toujours.

La belle aimait beaucoup l’argent :

Il s’en procura en volant ;

Au jeu souvent il tricha,

Et un vieux beau , il escroqua.

Manon se fit fille de joie,

Dans la rue , à guetter ses proies.

Longtemps , il connut le prison ,

Mais un pape l’en fit sortir ;

Alors il se mit à écrire.

Mais ses œuvres firent scandale

Et il dut faire la malle.

C’est à Londres qu’il arriva,

Mais bien vite , on l’expulsa,

C’est la Hollande qui l’accepta,

Pendant un temps , le toléra.

Devenu vieux se retira

Dans l’Oise ,il séjourna.

Un jour parti de bon matin

Il quitta Verneuil St Firmin

Et s’en alla au prieuré

Où l’on venait de l’inviter.

Quand il eut fait très bonne chère,

Et pour éviter la prière,

Arguant d’une écriture à faire,

Il quitta tous ces ripailleurs,

Assez tôt , il était seize heures ;

Une seule lieue à parcourir

Mais personne pour le secourir.

La nuit tombait , le vent soufflait

Et notre abbé , il frissonnait ;

Il commença à tituber

Il s’écroula, il perdit pied.

A la base d’une croix de fer,

On le crut mort, pauvre misère !

Un paysan passant par là

Courut jusqu’à St Nicolas.

Le chirurgien du monastère

Considérant cet homme à terre,

Il le trouva peu ordinaire ;

Et voyant ces yeux révulsés,

Se décida à l’autopsier.

Il lui mit le ventre en l’air.

C’est alors qu’on entendit

Le plus effroyable des cris ;

L’abbé n’était pas vraiment mort

Puisqu’il respirait encore ;

Mais le scalpel l’envoya

En peu de temps dans l’au-delà.

Voilà comment s’est terminée

Une vie de dévergondé

Partager cet article

Repost 0
Published by mesecrits-vains
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mesecrits-vains
  • Le blog de mesecrits-vains
  • : blog éclectique: les sujets sont culturels, sociétaux ,touristiques,historiques et religieux.
  • Contact

Face Book

Liens