Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 07:39

Albert Camus : Le mythe de Sisyphe

C’est un essai  sur l’absurde.

Il existe  plusieurs légendes mythologiques relatives à Sisyphe.  En voici une :

Homère nous raconte que Sisyphe avait enchaîné la Mort. Hadès , le roi des Enfers  voyait son empire vide , alors Hadès  dépêcha Arès , le dieu de la guerre   pour délivrer  la Mort des mains  de Sisyphe. Ce qui fut fait . Et Sisyphe fut condamné par les dieux  a, sans cesse, rouler un rocher  jusqu’au sommet d’une montagne d’où la pierre retombait de son propre poids.  C’était un travail inutile et sans espoir. Voilà la légende . Reste à expliquer son symbolisme.

Mais avant ,faisons une remarque .Dans ce récit , il est question des dieux grecs Hadès et Arès ; il est question aussi des Enfers. Cela pourrait nous inciter à penser que Camus a partie liée  avec le religieux. Il n’en est rien.  Camus était incroyant . Il ne pardonnait pas au christianisme le scandale  du Mal. Lors d’une conférence,  à Paris , dans le quartier  de la Tour Maubourg, devant des dominicains qui l’écoutaient , il lança : « Je partage avec vous la même terreur du mal,  mais je ne partage pas votre  espoir  et je continue  à lutter contre cet univers où des enfants souffrent et meurent ». Il parle de cet espoir qui nous fait accepter les mauvais moments, la misère  et la souffrance en contrepartie  d’un au-delà meilleur. Cependant  , Camus n’était pas d’un athéisme  pur et dur. Il avait , vis-à-vis du christianisme une attitude  d’ouverture et de tolérance . Il trouvait dans cette religion des valeurs qu’il partageait. Il avait aussi de bonnes relations  avec des  amis  qu’il considérait comme de vrais catholiques .

Camus a illustré son propos  par cette légende de Sisyphe , mais dans son petit ouvrage , il décrit d’autres situations absurdes :

- l’habitude dérisoire résumée en trois mots : métro, boulot, dodo ;

- la souffrance o combien  inutile,

-les gestes répétifs et mécaniques qui  vous transforment en zombie ;

-la mort  inéluctable  mais qui n’empêche  pas la terre de tourner et qui donne conscience de l’inutilité de la vie ;

- Je cite   «  le désir de gagner le plus d’argent possible pour vivre heureux . Tout l’effort et le meilleur d’une vie se concentrent  pour le gain  de cet argent. Le bonheur simple est oublié. Le moyen a été pris  pour la fin » ;

Des situations  insensées comme celle d’un homme qui attaque une batterie de mitrailleuses avec une arme  blanche ..

Revenons  à Sisyphe. Le rocher lui a demandé  beaucoup d’efforts. Sisyphe est exténué quand il arrive au sommet de la montagne. Et voilà le rocher qui dévale la pente. Lui aussi redescend puis  fait une pause et il  pense. Sa raison  s’oppose au rocher, ce rocher qui symbolise toute la création. Il a conscience de l’absurdité de sa situation.

Mais le symbole du mythe a une plus grande  portée  et pour ne pas trahir la pensée de Camus  je  cite une de ses phrases célèbres : « L’absurde nait  de cette confrontation  entre l’appel humain  et le silence déraisonnable  du monde. »

L’appel humain  , c’est la recherche d’un sens  à la vie , la recherche de la raison d’exister. C’est répondre à la question : «  Pourquoi vivons-nous ? »

Le silence déraisonnable du monde. Déraisonnable  car en dehors de la raison. Aucune voix, aucune réponse  à dimension humaine car Sisyphe ne comprend que le langage humain. Les religions sont exclues car leur réponse n’est pas à dimension humaine.

Alors Sisyphe ne sait pas si la vie à un sens. Si, elle en a un, il lui est incompréhensible. C’est    «  le silence déraisonnable du monde » d’un monde absurde où vivent des hommes absurdes. Sa conscience fait vivre cette absurdité  et la maintient .

Sisyphe ne peut échapper  à cette absurdité  car il faudrait  donner un sens à la vie  ou faire  taire l’appel humain.

Pour donner un sens  à la vie, il faudrait accepter les religions et les dieux mais cette réponse  n’est pas du domaine  de la raison, mais de la croyance.  Or raison et croyance  sont indépendantes. Pour un esprit absurde la raison  ne sert à rien et il n’y a rien au-delà de  la raison. De plus  accepter la religion ; c’est se résigner  à attendre un au-delà  heureux ,  c’est étouffer sa raison, c’est dévaluer  son attitude ,c’est un peu  perdre sa dignité.

On pourrait donner un sens à la vie en faisant des projets, en ayant un but,en croyant que l’on peut se diriger. Mais tout cela se trouve démenti d’une façon vertigineuse  par l’absurdité   d’une  mort certaine. Pour Sisyphe et donc pour Camus, l’homme n’a pas de futur, seul le présent compte .

On pourrait donner un sens à la vie en faisant taire  l’appel humain par le suicide. En effet , je cite :   « le suicide résout l’absurde »  Mais le problème n’est pas de détruire la vie mais de détruire l’absurde, lui trouver des solutions.  De plus le suicide  c’est la résignation ;or  il ne faut point se résigner mais se révolter. D’ailleurs l’absurde génère de l’énergie , celle qui permet à Sisyphe de toujours remonter le lourd rocher. Et cette énergie repousse le suicide.

Alors  Sisyphe  remonte sa pierre  éternellement  en étant révolté  contre ce travail absurde.

Sisyphe nous fait  comprendre :

 qu’il y a pas de solution,

que la vie n’a pas de sens,

 qu’il faut rester lucide  au  milieu de ce qui nie la vie,

qu’il faut  continuer courageusement  et sans désespérer  remonter notre pierre bien que l’on n’en soit jamais satisfait .

 

Et ainsi , rester digne et  trouver alors un semblant  de bonheur, ce qui fait dire à Camus : «  Il faut imaginer Sisyphe heureux. »

Partager cet article

Repost 0
Published by mesecrits-vains - dans culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mesecrits-vains
  • Le blog de mesecrits-vains
  • : blog éclectique: les sujets sont culturels, sociétaux ,touristiques,historiques et religieux.
  • Contact

Face Book

Liens