Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 15:01

 

Notre société traverse une grave crise qui la fragilise. Aussi j’ai cherché dans la Bible une solution aux problèmes des maux dont nous souffrons. J’ai relu avec grand intérêt  ce livre qui a tant influencé  notre civilisation. Mais mon esprit cartésien m’a conduit à remarquer, à relever des passages qui   m’ont paru non authentiques ou contradictoires. Cependant  j’ai cru nécessaire de terminer mon texte en mettant en évidence les valeurs morales enseignées par Jésus.

Quelle date ? Quels auteurs ?

Le fait que les évangiles aient été écrits à partir de la deuxième moitié  du  premier siècle (celui de Marc vers 7O ; celui de Luc vers 80-85 ; celui de Matthieu  vers 80-90  et celui de Jean vers 80-110), donc très tardivement après la Passion, permet de penser  que ces textes pouvaient contenir  des modifications ou présenter des  oublis plus ou moins involontaires .

Les historiens  ont établi  que les deux évangiles  canoniques de Marc  et de Luc  ont été écrits en plusieurs phases par des disciples qui n’avaient pas été  témoins de la vie de Jésus. Les paroles de Jésus auraient été modifiées, adaptées   à la vie des premières  communautés chrétiennes . Quant aux évangiles de Matthieu et de Jean  ,on admet que leurs auteurs aient pu être témoins de la vie de Jésus . 

. L’attribution de ces écrits aux quatre évangélistes date de 150 ans environ  après Jésus Christ. C’ est à cette date qu’on les  appela: évangiles.

Qu’il nous soit permis de signaler quelques passages  assez curieux :

La prmière  remarque concerne   une éclipse solaire.  Marc (15 ;33) « La sixième heure étant venue, Il y eut des ténèbres sur toute la terre jusqu’à la 9ème heure . » Il s’agit donc d’une éclipse solaire. Or , on a pu établir scientifiquement qu’il n’y avait  pas eu  d’éclipse de soleil  au moment de la mort du Christ . Il sagit donc d’un fait mytique tendant à montrer la grandeur de l’évènement .D’ailleurs dans d’autres religions ,au moment de la mort du fondateur , on relate de tels faits . Le Cosmos rendait ainsi un hommage exceptionnel à un homme exceptionnel .

Le règne de Dieu au premier siècle ? « En vérité , je vous le déclare , parmi ceux qui  sont ici, certains ne mourront pas  avant de voir le Royaume de Dieu venu en puissance. » (Mc IX ;1) Ce royaume  aurait dû s’établir au Ier siècle . Il semble bien qu’il y ait là une  appréciation  trop optimiste du temps.

Remarque tendant à prouver l’existence des frères de Jésus. Jean (20 ;12) : Après cela, il descendit à Capernaüm, avec sa mère, ses frères et ses disciples. Puis toujours dans le même évangile (Jn VII ;2 ;11) : « Et ses frères  lui dirent : « Pars d’ici, et va en Judée afin que tes disciples voient les  œuvres que tu fais » . Dans l’Evangile de Marc (4 ;31) : « Survinrent sa mère et ses frères qui se tenant dehors l’envoyèrent appeler. La foule était assise autour  de lui ,  et on lui disait : « Ta mère et tes frères  sont dehors et te demandent . ». Il semble bien  d’après ces citations que  Jésus ait eu des frères. L’église aurait  caché cet aspect de la famille de Jésus.Il est évident  que l’existence d’une fraterie est peu  compatible avec la virginité de Marie. Mai, pour moi,  cela  ne diminuerait  en rien le charisme de Jésus.

Dans l’Evangile de Jean , il existe des épisodes  qui ne figurent pas  dans les autres  évangiles. Ce sont « Les Noces de Cana » et «  la Résurrection de Lazare » . Puisque  Matthieu et surtout Marc et Luc,ces deux témoins de la vie de Jésus, n’en parlent pas, il est difficile de reconnaître l’authenticité  de ces deux évènements .

Des textes semblent s’opposer

Jésus s’adresse  ainsi  à la foule juive : « Si donc, méchante  comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à  combien plus forte raison,  notre père qui est dans les Cieux, donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui le lui demandent »(Mt 7-11) .  Ces paroles de l’évangile semblent  s’opposer à l’image du  Dieu vindicatif de la Bible. Dieu serait un père aimant , indulgent  pour  tous les péchés de ses enfants

Marc (VIII,31,33)rapporte des paroles de Jésus :Il (Jésus) commença à les enseigner : « Le Fils de l’Homme doit beaucoup souffrir  et être rejeté par les prêtres, les anciens et les scribes , et être tué , et après trois jours se lever .  Jésus savait donc qu’il allait mourir aussi est-il difficile de  comprendre  que  le même auteur ,Marc, ait pu écrire (Marc XV ; 34) dans ce même évangile que les dernières paroles de Jésus sur la croix  aient été : Mon Dieu , mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? » Mais ce moment tragique  est écrit différemment dans d’autres évangiles : Luc écrit simplement : « Père, entre tes mains je remets mon esprit . » (Luc  XXIII ;46). Quant  à Jean  (Jn XIX ;30) il fait dire à Jésus : « Tout est accompli ». Avec Marc , c’est un cri de désespoir ; avec Luc , c’est une prière ; avec Jean  c’est un cri  de victoire . Quelle est la version  la plus proche de la vérité ?

Ce sont les pères de l’église ,  qui au IIème siècle , ont décidé quels sont , parmi les textes relatant la vie de Jésus, ceux les plus proches de la vérité. Ils les appelèrent canoniques. Ils étaient reconnus véritables pour  les trois églises ,catholique, protestante, orthodoxe. Ce sont les Evangiles de Matthieu, de Luc , de Marc . Mais ce n’est qu’au VIème  siècle que l’Apocalypse  fut  considéré comme authentique. Cependant , à cette époque , un certain nombre de textes de la vie de Jésus furent rejetés par l’église. On appela ces documents apocryphes, c’est-à-dire douteux. C’est dans ces textes  non authentiques que  l’on cite pour la première fois la présence du bœuf et de l’âne dans la crèche du nouveau-né. !

Jésus a-t-il vraiment été baptisé  par Jean –Baptiste comme l’affirment Matthieu (3 ;13) et Marc (1 ;9) . Cette immersion  est surprenante car elle place Jésus  en infériorité par rapport à Jean-Baptiste.  De plus Jésus étant vierge de tout pêché n’avait pas besoin de se soumettre à cette purification. Aussi Jean(Jn 1-25-26) ne parle-t-il pas de ce baptême . Il mentionne simplement  une théophanie « la venue de l’esprit sain ».  Ce baptême était un sacrement habituel dans  la religion juive. Si Jésus l’avait accepté , il aurait reconnu son appartenance à la judéité . Aussi peut-on douter  encore de l’existence de ce baptême .

Et pour ce qui est du sacrement du baptême , on ne trouve nulle part dans les évangiles que Jésus ait recommandé ce baptême

Il reste que les Evangiles rapportent dans l’ensemble un certain nombre de faits incontestables. Ils sont le témoignage  de la foi grandissante  dans les communautés religieuses du début de notre ère.

 Dans la Bible  dieu apparait sous deux aspects  . Etudions d’abord  l’aspect négatif .Un morale basée sur la réciprocité : (Matthieu VII ; 1-2) « Ne vous posez pas en juges, afin de ne pas être jugés,  car c’est de la façon  dont vous jugez qu’on vous jugera , et c’est la mesure dont vous vous servez qui sera la mesure pour vous. »                                                                                                                                 L’homme n’aurait pas le choix : ou croire ou l’Enfer : « Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Qui croit en lui n’est pas jugé ; qui ne croit pas  est déjà  jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. » (Jean III ;17-18)                                                                                                                                          

Un autre aspect de Dieu : c’est le Dieu d’amour .   Le prophète Jérémie  (31-34) l’annonce  à la maison d’Israël : « Tous me connaîtront,  depuis le plus petit d’entre eux  jusqu’au plu grand, dit l’Eternel car je pardonnerai leur iniquité, et de leurs fautes je ne me souviendrai plus . »   Voilà donc deux aspects contradictoires du visage de Dieu : le Dieu vengeur de l’Ancien Testament   et le Dieu  d’amour  des évangiles . Mais Paul explique ainsi  cette opposition : le jugement  dernier brûlerait  la chair fautive du  pécheur mais  son esprit serait sauvé.                                                                                                                                                       

Le jugement dernier.  C’est une prédiction  issue du Judaïsme.

   Paul  parle de ce jugement dans  son Epitre  aux Corinthiens (3 ;10-15) : « l’œuvre de chacun sera mis en évidence ;le jour du Jugement la fera connaître… »   et par ailleurs il écrit : « Il nous faudra  tous comparaître  à découvert devant le tribunal du Christ afin que chacun recueille le prix de ce qu’il aura fait durant sa vie corporelle,soit en bien , soit en mal (II ; 5,10)

Le Moyen Age avait dramatisé ce jugement  dernier . Il était sculpté aux porches des églises  à Autun , à Vezelay, à Moissac,  à Conques. Le jugement dernier est bien évoqué dans la Bible , mais tous   ces malheurs infernaux n’y sont pas relatés. Pas plus que le purgatoire  créé  par les pères de l’église au  XIIIème siècle

Actuellement si on ne représente plus  ce jugement , si on n’en parle plus,   les romans et les films  de fictions n’évoquent –ils pas  des scènes d’horreur , des démons maléfiques externes ou internes à l’homme, des catastrophes de grande ampleur qui rappellent les tympans des églises romanes ? Actuellement , le mal est sur terre. Les changements climatiques, les inondations, le volcanisme , la contamination  nucléaire sont peut être la fin d’une ère,  où tout le monde , les bons et les méchants  vont subir  le même écrasement  alors qu’avec le  jugement  dernier seuls les coupables expiaient leurs fautes.

Il reste que ce jugement dernier  était une protestation contre le mal, une valorisation de la justice, de la paix et du respect des autres. Croire  au jugement dernier  c’était vouloir un monde plus humain , plus solidaire

 Terminons ce compte-rendu de lecture en mettant en exergue les valeurs morales enseignées par Jésus :

Ne pas juger .   « Ne vous posez pas en juge afin de ne pas être jugés. » (Matthieu VII ;1-2)  Nous ne nous connaissons pas nous-mêmes et nous connaissons encore  moins les autres. Matthieu(XIII ;29-30) rapporte la  parabole de  la moisson. : Un paysan a semé du blé dans son champs mais son mauvais voisin , a semé nuitamment de l’ivraie  sur ce blé. Les moissonneurs voudraient arracher cette mauvaise herbe mais le paysan s’y oppose

« Non ,dit-il, de peur qu’en ramassant l’ivraie vous ne déraciniez le blé avec elle. Laissez l’un et l’autre croître ensemble jusqu’à la moisson, et au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : « Ramassez d’abord l’ivraie  et liez-la en bottes pour la brûler ; quant au blé, recueillez-le dans  mon grenier. »   . L’homme est incapable de juger sereinement, en voulant faire le Bien  il risque de faire en même  temps , le mal.  D’ailleurs ,tous les régimes qui  ont prétendu statuer avec la vérité  et la vertu   sont tous tombés dans le totalitarisme  déshumanisant.

Savoir conseiller ou ordonner   L’injonction ; « Je sais que tu peux ! » met en dépendance. Le sujet devient l’instrument de celui  qui commande ; . L’exhortation« Je crois que tu peux » fait grandir. : . Je fais confiance à ta capacité d’assumer. Ainsi parlait Jésus.

Savoir pardonner doit être une qualité  du croyant. Un pardon qui  doit être total. (Matthieu XVIII,21-22) :Pierre s’approche et  lui  dit : « Seigneur quand mon frère  commet une faute à mon égard  combien de fois lui  pardonnerais-je ? Jusqu’à 7 fois ?  Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas 7 fois mais  jusqu’à 7O fois 7 fois . »     Cela faisait donc 490 fois !  Savoir  pardonner  efst une qualité  du croyant : un pardon doit être total.

Le don    Celui qui  ne donne pas  au pauvre, c’est qu’il ne se reconnait pas en l’autre. Son erreur n’est pas tant le regard qu’il porte sur l’Autre mais le regard qu’il porte sur lui-même .. Il n’est  pas  dans l’être. Il n’a pas intégré le don. Il n’est pas dans l’amour.

Jésus  solidaire des pauvres   «  Toutes les fois que vous avez fait ces choses  à l’un de ces plus petits de mes frères  , c’est à moi que vous les avez faites .»  (Mt 25-40) Le salut serait fonction des gestes de solidarité envers les pauvres. Nul besoin de connaître  les Ecritures, seulement des gestes de solidarité simples à réaliser ; Tout le monde peut le faire. La vraie religion   doit être un humanisme  .

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mesecrits-vains - dans religion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mesecrits-vains
  • Le blog de mesecrits-vains
  • : blog éclectique: les sujets sont culturels, sociétaux ,touristiques,historiques et religieux.
  • Contact

Face Book

Liens