Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 07:01

forets.jpg

 

 

 

 

Il aimait  entendre les  crissements  des feuilles sous ses pas ; il aimait parcourir les sentiers aux échines saillantes dans l'ombre des sous-bois ; il aimait  flâner dans ces aires ensoleillées où  pousse une herbe folle. Lui , c'était le touriste, l'homme des cités-dortoirs, l'habitant des logis de béton.

   Persuadé d'avoir des connaissances en art pictural, le jaune et le vert des jonquilles , le  pourpre des digitales le ravissaient. Pour lui la forêt  était mystérieuse et romantique.

   En septembre , il admirait la couleur ocre  des grands bois de mélèze trouant les plages sombres des sapins ; il trouvait beau l'embrasement  des hêtraies au soleil  couchant, le rouge vif des alisiers, le violet des grappes de sureau et le brun  rouge des feuilles qui commencent  à mourir.

   Il se promenait aussi en hiver, quand les sous-bois sont jonchés de faines  sèches, quand les baies des houx éclairent la pénombre.

   Le printemps était pour lui  un ravissement avec  les jeunes pousses qui jaillissent  des bourgeons  entr'ouverts et les odeurs  de pollen, de résine et de  sève. Il admirait aussi  les rayons du soleil filtrant à travers les verticales. Il s'arrêtait  pour écouter le chant des feuilles qui s'élevait  comme un message d'absolu et de paix.

  Pour lui ,le promeneur ,qu'elle était belle la forêt !

 

      Pour nous , abatteurs, élagueurs, débardeurs, la forêt n'est pas ces beaux sentiers décorés de fleurettes, ce  tableau aux couleurs merveilleuses, ce monde endormi et surhaussé de neige. Ce n'est pas les oiseaux ,ni les bourgeons éclos,ni de suaves odeurs, ni les insectes, ni le vent  qui s'amuse avec les feuilles, ni le soleil qui  vibre et répand son mystère. Pour nous , coupeurs de branches, scieurs de troncs, fendeurs de buches, la forêt  ce  sont  les pierres des sentiers qui s'opposent à nos pas, c'est le dos ployé portant la tronçonneuse,,l'essence et l'huile et la hache et la masse et les coins. Ce sont ,l'hiver, les sapins qui nous douchent  de leur neige gelée, le câble qui se colle  à nos mains, nos mains labourées par les torons qui cassent, nos mains calleuses creusées de crevasses profondes, nos mains noires de résine . L'été , pour nous ,hommes des bois, c'est le travail qui commence aux aurores et le soleil qui  tarde  à se coucher, c'est la sueur qui colle à la peau, l'odeur d'huile brûlée,le danger qui nous guette et la branche qui tombe. La forêt....une marâtre qui nous nourrit mais qui nous use.

Partager cet article

Repost 0
Published by mesecrits-vains
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mesecrits-vains
  • Le blog de mesecrits-vains
  • : blog éclectique: les sujets sont culturels, sociétaux ,touristiques,historiques et religieux.
  • Contact

Face Book

Liens