Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 09:56

pendu-copie-1.jpgCette légende se situe en Livradois- Forez, dans la région de  Viverols.

 

    Il était  deux châteaux  aux allures altières. Tous deux au bord de l'Ance et tous deux  bien construits. L'un était Moncelard et l'autre  Bostfranchet. Souvent les seigneurs de ces fières demeures se livraient  des batailles  pour des choses futiles.

   Mais un projet naquit, source de paix certaine. A Bostfranchet  vivait une enfant fort vilaine et bossue et qu'on nommait Alyse.  Moncelard ,  par contre, avait un beau  jeune homme  ayant Guy  pour prénom . Les seigneurs de ces lieux  trouvèrent fort logique et digne de raison  de marier ces deux jeunes d'âge correspondant. Les fiefs étaient semblables  mais non point les beautés des futurs épousés.

    Sieur Guy de Montcelard hésitait bien un peu  et craignait les lazzis et les propos moqueurs du peuple paysan assemblé au passage du cortège nuptial, un peu trop remarquable. Et pourtant le domaine doublerait aisément.....Oui , ils s'uniraient décidèrent leurs pères ; le cortège aurait lieu , mais on interdirait aux sujets, aux manants, de sortir de chez eux, le jour du mariage. Ceci fut annoncé  sur les places publiques. Chacun fut averti que la curiosité serait payée fort cher si on était surpris.

     Le mariage eut bien lieu . Derrière les huis, évidemment bien clos, par les fentes des ais plus d'un vit le spectacle, sans être vu lui-même,heureusement  pour lui. A  Saillant, cependant , un brave savetier s'était tout simplement caché derrière l'arbre qui ornait la grand'place. La cache était mauvaise , il y fut découvert et sans tarder pendu aux branches du tilleul. Il avait un enfant qui devint orphelin et vécut pauvrement  de charité publique.

     Et les années passèrent.

     Alyse , la bossue, mit au monde au château, un gros et beau  garçon  que l'on nomma Gontran.  Son père était heureux de voir son fils grandir , jouer, s'ébattre autour du manoir ancestral.

      Mais un malheur advint. L'enfant , tout jeune encore -il n'avait point cinq ans - mal surveillé sans doute , disparut dans  les bois  proches de  Moncelard . On le crut égaré, on chercha, on fouilla la forêt, masures en ruines , halliers , mares stagnantes et les trous profonds où  l'Ance tourbillonne.  Mais d'enfant nulle part.

 

                 La vie continua cependant dans la sombre demeure .Une vie triste  et lugubre désormais sans attrait. La mère inconsolable et de santé fragile mourut rapidement. Le père chercha l'oubli dans les armées royales. Il guerroya au loin  et resta  des années hors de la terre  d'Auvergne

 

       Longtemps, longtemps après - après trois lustres au moins - le seigneur Guy revint en son château. En ces temps , il n'était question  dans tout le Val d'Ance que d'attaques, de pillages des maisons bourgeoises mais des châteaux aussi. Des brigands bien armés rançonnaient la campagne, dévalisaient les nobles, volaient dans les églises. Il fallait réagir et dans de courts délais. Les seigneurs alentour tinrent conseil et s'unirent pour détruire par l'épée ces rudes malandrins. La troupe seigneuriale sortit plusieurs fois  recherchant  les vauriens qu'elle ne vit jamais au cours des chevauchées.

       Mais un jour , il advint qu'un mendiant arriva dans la cour du château de Bostfranchet. Le seigneur de ces lieux voulut bien l'accueillir. Le pauvre ère expliqua  qu'il connaissait le chef de la bande armée si tristement célèbre et qu'il pourrait le faire capturer aisément. Le  pauvre homme souhaitait qu'on pendît le brigand.

       Des soldats se cachèrent dans la forêt-repaire  du terrible malfaiteur. Le mendiant appela . Reconnaissant la voix de son ami fidèle , insouciant, apparut l'homme si redouté. On se jeta sur lui  et il fut ligoté et bien vite conduit  aux prisons du château. Puis il fut condamné, à mort, par pendaison, au tilleul  de Saillant, à une haute branche.

        Et le jour arriva :c'était un bon spectacle dans ces temps éloignés. Le peuple des campagnes était là, assemblé. Dans  ce cas , il pouvait voir la "cérémonie" ! Les seigneurs du pays  , en costume de fête, étaient au premier rang. Le comte de Montcelard, aux cheveux grisonnants, regardait le bourreau faire son horrible office.  Le mendiant aussi assitait à la scène. Il attendit les derniers soubresauts du corps suspendu et puis  il s'écria d'une voix terrible:

 "C'est Gontran , votre fils, seigneur  de Montcelard que vous avez tué. Je  l'ai enlevé quand il avait cinq ans et je l'ai élevé  jusqu'à son âge adulte. Pour avoir seulement regardé un  cortège , mon père fut pendu sur votre ordre cruel; mais je me suis vengé, et votre fils est mort." 

 L'émotion fut trop forte . Montcelard  s'écroula . Le mendiant disparu à jamais dans les bois

Partager cet article

Repost 0
Published by mesecrits-vains - dans tourisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mesecrits-vains
  • Le blog de mesecrits-vains
  • : blog éclectique: les sujets sont culturels, sociétaux ,touristiques,historiques et religieux.
  • Contact

Face Book

Liens